© 2017. Toute utilisation commerciale des textes et des articles de ce blog est interdite. Pour une utilisation non commerciale, merci de citer vos sources .

Vestiges coloniaux à SHANTOU 汕头

08.03.2017

Sortez de chez nous, longez la côte en direction du nord sur 400 kilomètres et vous arriverez à Shantou : parfait pour un petit détour le temps d'un week-end. On bouquine un peu, on nous promet un bout de muraille de Chine faite en partie de riz gluant, des ruines coloniales et des spécialités culinaires qui ne sortent pas du district. C'est parti !

 

Oui mais voilà, prendre le bus le week-end des bateaux-dragons, ça relève d'une naïveté certaine : celle d'ignorer qu'avec un peu plus d'un milliard de Chinois en week-end en même temps, les temps de parcours s'allongent. Les 400 kilomètres qui nous séparent de Shantou nous ont donc pris … 12 heures de bus.

Maintenant, on le sait. On ne prend plus le bus aux bateaux-dragons. Mais au printemps dernier, on ne le savait pas. On a donc passé la nuit dans les embouteillages pour arriver à Shantou à l'aube. Beau lever de soleil, soit dit en passant.

 

Le samedi, nous l'avons passé à Chaozhou. La visite de Shantou commence donc le dimanche en fin de matinée ( le temps d'arriver ), on déjeune dans un petit restaurant pour goûter les pâtes aux fruits de mer, succulentes et l'omelette d'huître, spécialité locale. Nous avions prévu d'aller voir la muraille mais d'abord, cap sur l'ancien quartier colonial : on prend un tuk-tuk depuis la gare de bus du centre-ville.

 

Nous voilà dans les ruines, nombreuses, certaines habitées, de Shantou. Nous avions prévu d'y passer qu' une partie de l'après-midi mais nous y sommes restés jusqu'au soir, à sillonner rue après rue ces quartiers de vestiges, tombés sous le charme de ces bâtiments décatis et de leurs habitants. Beaucoup sont démolis ou en voie de démolition, c'est bien dommage.

 

En tout cas nous avons adoré l'ambiance et la vie tranquille des uns et des autres, cet étrange décalage entre une vie de quartier bien active et ces immeubles en ruine. Un vrai décor de théâtre, où les habitants semblent évoluer sans voir que leurs maisons s'écroulent. Étrangement fascinant, vraiment.

 

 

 

On a donc laissé tomber la muraille de riz, on s'est promené jusque tard avant de dîner dans un stand de rue merveilleux qui nous a servi les meilleurs pétoncles farcis jamais mangés, et de déambuler encore dans cette étonnante atmosphère jusqu'au bus retour : départ à minuit dix. Encore un bus de nuit mais cette fois, on le savait en achetant nos tickets.

 

On a quand même eu le temps de jeter un coup d’œil à la zone portuaire, d'arpenter le parc de Shantou et même un petit bout de marché : un vrai choix de poissons séchés, évidemment !

 

 

En pratique …

 

- Shantou n'est pas très touristique (c'est même un euphémisme), mangez à l'heure le soir ou vous aurez du mal à trouver un repas.

 

- Il y a des bus toutes les heures entre Shantou et Chaozhou (environ 1h30), vers et depuis les deux gares de bus de Shantou, dont celle du centre-ville. À Chaozhou, la gare est à une distance raisonnable à pied du centre-ville aussi.

 

 

- Depuis Zhuhai, le temps de trajet normal est de six heures et demie (bien que la gare de bus en annonce deux de moins).

 

- Prenez votre ticket de bus retour à l'arrivée, les bus sont souvent complets.

 

 

Please reload

ARTICLES RECENTS
Please reload

ARTICLES ASSOCIÉS
Please reload

Vous avez aimé mon article ? Un clic pour faire connaître le blog !

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now