© 2017. Toute utilisation commerciale des textes et des articles de ce blog est interdite. Pour une utilisation non commerciale, merci de citer vos sources .

Ponts du vent et de la pluie à XIAOHUANG 小黄et GAOZENG 高增

19.05.2017

On dit qu'un jour de gros temps, un dragon plongea dans une rivière au secours d'une jeune fille, attirée au fond de l'eau par un crabe alors qu'elle traversait un pont avec son fiancé. Les Dong construisirent en son honneur le premier pont du vent et de la pluie …

 

Où voir des ponts du vent et de la pluie ?

Partout ! Ou presque … Le pont du vent et de la pluie, c'est simplement le nom d'une architecture bien spécifique, celle des ponts construits par les Dong au-dessus de leurs rivières.

Le pont est tout de bois, sans clou ni vis, recouvert d'une galerie généralement décorée de scènes de la vie villageoise, on y trouve parfois aussi des sculptures, etc.

 

Il y a donc en pays Dong des ponts du vent et de la pluie dans tous les villages. Ou presque.

 

Combats de buffles

À voir sans cesse des combats de buffles peints sous les galeries des ponts et du vent, on se pose des questions … qu'on pose à notre chauffeur : les Dong organisent chaque année, entre septembre et mars, des combats de buffle dans les champs.

 

Les ponts de Xiaohuang et Gaozeng

Après un détour d'un week-end autour de Congjiang, la palme du pont le plus majestueux revient sans nul doute au village de Xiaohuang :

Ce n'est que celui de l'entrée du village, il suffit de suivre la rivière pour en traverser d'autres, plus simples, plus modestes mais moins rénovés et plus vivants.

 

Gaozeng en a aussi de très beaux, certes moins impressionnants que celui de Xiaohuang mais il valent tout de même le coup d’œil. Ils sont assez éloignés l'un de l'autre et pour trouver le premier, il faut descendre tout en bas du village.

 

Mais ceux qu'on a préférés, ce sont les deux plus simples de Gaozeng ...

 ... dont l'un donne sur un tout petit temple et l'autre sur quelques rizières, avec vue sur un buffle qui se fait chouchouter en fin de journée :

 

Et les tours du tambour ?

L'architecture Dong, c'est aussi les tours du tambour, lieux de vie où on rencontre des vieillards qui fument la pipe ou jouent aux échecs chinois, regardent la télévision ou tressent des paniers, ou regardent passer la vie, tout simplement, sous des toits de bois ronds et décorés.

 

Gaozeng et Xiaohuang

Ces deux villages sont assez peuplés et ressemblent presque à des petites villes. Les constructions nouvelles se fondent plus ou moins bien dans le paysage et la volonté d'unifier l'architecture avec des enduits imitation bois n'est pas toujours très heureuse !

Gaozeng est très proche de Congjiang, certains villageois vont travailler en ville, il est donc évident que les modes de vie tendent à s'uniformiser à certains endroits.

 

Néanmoins, la vie rurale y est encore bien présente et nous ne nous regrettons pas de nous y être arrêtés, ne serai-ce que pour les ponts et les nombreuses tours du tambour.

Et puis, une vue sur les rizières, c'est toujours agréable, non ?

 

Vue sur les rizières à Gaozeng

L'autoroute surplombe Gaozeng et défigure un peu le paysage :

« Avec leurs constructions modernes, les Romains gâchent le paysage » (La Serpe d'Or).

Mais à Gaozeng, on s'est enfilé à l'arrière du village, on a grimpé le long du cimetière jusqu'à la plus haute rizière, avec une vue imprenable sur le village, les champs de riz et l'autoroute et finalement, sans faire couleur locale elle a quelque chose de grandiose et reflète assez bien le titanisme des grands travaux chinois.

 

Suite de la promenade en restant à hauteur et en suivant le village, une belle vue tout le long. La balade se termine avec un petit bout de forêt, on n'a même pas eu trop de mal à trouver les sentiers et on revient dans le village par un côté tout à fait charmant, dépouillé de constructions modernes.

Une virée de trois petites heures avec la minette, retour à l'hôtel les poches pleines de pommes de pin.

 

En pratique …

 

- Le train rapide Guangzhou (Nan) - Congjiang (广州南 - 从江) parcourt la distance en 4h (180 CNY)

- La gare de train de Congjiang est à environ une demi-heure de la ville même, il y a des bus mais pas de taxi, nous sommes arrivés de nuit et nous avons pris un taxi clandestin pour 150 CNY (le prix normal a l'air d'être plutôt à 100 CNY mais de nuit au milieu de nulle part, on n'est pas vraiment en position de force pour les négociations)

 

- Un bus de ville, le numéro 3, relie Gaozeng à Congjiang (un peu plus d'un par heure)

- Gaozeng pour nous, c'était très pratique, nous y avons logé. C'était donc là aussi que nous avions le plus de temps pour visiter un peu les alentours mais ces petites échappées sont possibles dans tous les villages, les campagnes sont belles partout

 

- Xiaohuang n'est pas desservi, il faut s'y rendre en voiture : nous avons loué une voiture pour la journée (500 CNY) et en avons profité pour visiter plusieurs villages

 

- à Gaozeng, nous avons dormi au Gaozeng Yiguan (从江高增驿馆), hôtel neuf et joliment meublé avec une cour intérieure agréable. En revanche personne n'y parle anglais et les employés, tout à fait aimables, ne sont pas franchement dégourdis : ils vous aideront à trouver un chauffeur si vous parlez chinois ou possédez un traducteur mais inutile de compter sur eux pour vous indiquer l'un ou l'autre village des environs, c'est à vous de savoir exactement où vous souhaiter vous rendre.

Please reload

ARTICLES RECENTS
Please reload

ARTICLES ASSOCIÉS
Please reload

Vous avez aimé mon article ? Un clic pour faire connaître le blog !

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now